Reuseat

Catégories
L'actu Reus'eat

L’économie circulaire

Temps de lecture : 6 minutes 

Qu'est-ce que l'économie circulaire ?

C’est vrai que l’économie circulaire est un concept qui peut sembler un peu complexe mais en réalité il s’agit simplement d’un mode de vie que l’on a oublié.

Les sociétés des pays dits “développés” suivent un modèle qui consiste à produire puis à jeter. Mais ce mode de fonctionnement ne permet plus d’appréhender un futur raisonnable. On tente alors de changer en profondeur les habitudes en s’axant sur une absence de gaspillage, une augmentation de l’intensité de l’utilisation des ressources tout en diminuant les impacts environnementaux.

Selon l’ADEME, l’économie circulaire peut se définir comme un système économique d’échange et de production qui, à tous les stades du cycle de vie des produits (biens et services), vise à augmenter l’efficacité de l’utilisation des ressources et à diminuer l’impact sur l’environnement tout en développant le bien-être des individus.

Vous commencez à le voir le cercle ?

On ajoute un petit exemple pour le plaisir ! Prenons une pomme : si on joue la carte de l’économie circulaire à fond, on va alors réutiliser la peau de la pomme pour en faire des chips, on va manger la chair et récupérer les pépins pour les planter, puis composter le cœur. Et voilà, on a jeté 0%.

Et pour les produits qui ne sont pas des pommes ?

Pour les produits qui ont été créés naturellement, c’est à dire par Madame la Terre, il n’y a pas de déchets. Tout peut être réutilisé : fruits, végétaux, céréales, excréments… Pour le reste, il faut entrer dans le détail.

Pour les bâtiments et les produits manufacturés, la boucle repose sur le principe de l’éco-conception. Elle consiste à prévoir, dès la fabrication des produits, la possibilité de les réparer et/ou de réutiliser les matériaux qui les composent.

L’économie circulaire comprend trois champs :

1. La production et l’offre de biens et de services

Cela comprend un approvisionnement durable, soit l’extraction/exploitation des ressources visant une exploitation efficace des ressources, en limitant l’impact sur l’environnement et notamment dans l’exploitation des matières énergétiques, minérales, agricoles ou forestières.

L’éco-conception qui vise, dès la conception d’un procédé, d’un bien ou d’un service, à prendre en compte l’ensemble du cycle de vie de celui-ci en minimisant les impacts environnementaux.

L’écologie industrielle, dénommée aussi symbiose industrielle, est un mode d’organisation inter-entreprise qui se fait par des échanges de flux ou une mutualisation de besoins. On va alors optimiser les ressources sur un territoire au niveau des ressources, des équipements ou des expertises.

L’économie de la fonctionnalité privilégie l’usage plutôt que la vente d’un produit. L’offre s’adapte aux besoins des clients. Voici un exemple : Michelin, entreprise française de pneumatique, ne commercialise plus des pneus en tant que produit, mais en kilomètres pendant lequel le pneu serait mis à disposition. L’objectif est de maintenir la performance des pneus en assurant à ses clients de les gonfler, les changer, les réparer…

2. La consommation du consommateur (économique ou citoyen

La notion de consommation responsable conduit l’acheteur, qu’il soit acteur économique (privé ou public) ou citoyen consommateur, à faire son choix en prenant en compte les impacts environnementaux d’un produit ou d’un service, à toutes les étapes de son cycle de vie.

Le consommateur doit également prendre en compte l’allongement de la durée d’usage du produit ou service. Il peut avoir recours

  1. à la réparation,

  2. à la revente ou don d’occasion,

  3. à l’achat d’occasion dans le cadre du réemploi ou de la réutilisation.

3. La gestion des déchets avec le recours prioritaire au recyclage qui permet de boucler la boucle.

Cet axe-ci concerne principalement le recyclage. On va alors récupérer les matières premières issues des déchets pour les remployer autrement et réduire ainsi le gaspillage.

En France, le taux de valorisation des déchets ménagers est passé de 39% en 2014 à 72% en 2021. Le recyclage est essentiel, car il permet de diminuer l’utilisation de matières premières, mais aussi d’économiser entre 60% et 97% d’énergie par rapport à une matière fabriquée avec des ressources non issues du recyclage. En 2021, 3,3 millions de tonnes de déchets ménagers ont été recyclés, soit 139 000 tonnes supplémentaires par rapport à 2020.

Ce que l’on retient ?

  • L’économie circulaire s’applique à tous les stades du cycle de vie du produit et vise à augmenter l’efficacité de l’utilisation des ressources tout en diminuant l’impact de celui-ci sur l’environnement.
  • Les fabricants et industriels doivent être impliqués dans ce processus en mettant en place l’éco-conception, l’écologie industrielle et/ou l’économie de la fonctionnalité.
  • Nous sommes tous et toutes actrices et acteurs de notre consommation !
  • La revalorisation des déchets ménagers est passé de 39% en 2014 à 72% en 2021 en France.

On espère que cet article vous aura éclairé sur l’économie circulaire. On vous conseille aussi cette vidéo qui résume très bien ce que nous venons de dire.

On vous souhaite une bonne semaine à tous, et surtout à Michelin qui adapte positivement son économie !

On se dit à dans deux semaines.

Reus’eat

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.